#18 "-Ah, that’s amazing! -Well, I’m in the amazing business."

En proie à la cécité et la solitude, l’aigri lieutenant colonel Frank Slade (Al Pacino) finissait tristement mais paisiblement ses jours en sirotant son poison aux relents tourbés jusqu’au jour où l’étudiant en classe préparatoire Charlie Simms (Chris O’ Donnell) réponde à une certaine annonce stipulant de s’occuper du vieil homme le temps d’un week-end.

Ainsi dans ce film « Scent of a Woman » (1992) de Martin Brest, l’ancien militaire si grincheux va peu à peu dévoiler son humanité à l’écran, notamment par son romantisme et son humour grinçant, et s’attacher à Charlie en le défendant dans son conseil de discipline où il est accusé de complicité par simple refus de délation, un véritable discours moralisateur envers une institution se mordant la queue, clou du spectacle cinématographique qui ne laissera personne indifférent en vue de sa sincérité frissonnante.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :