#19 "-Basketball is like poetry in motion, cross the guy to the left, take him back to the right, he’s fallin’ back, then just "J" right in his face. Then you look at him and say : -What?"

Une atmosphère pesante règne chez les Shuttlesworths depuis que le père Jake (Denzel Washington) est revenu de cabane (une bien sombre histoire que celle du meurtre de la mère) une semaine et même plus à la condition d’influencer tant bien que mal le choix d’université de son désormais distant fils Jesus (Ray Allen), nouvel espoir charismatique qu’observe la NBA, dans le but de satisfaire les rangs de l’équipe fétiche du gouverneur, un choix cornéspikeleeun en quelque sorte.

S’opère alors dans ce film « He got game » (1998) une douce symbiose de la caméra et du ballon valsant sous la musique tantôt classique de l’orchestre d’Aaron Copland, tantôt hiphopé de Public Enemy, le tout véhiculant une positivité esthétique couplé à l’émotion suscité par l’état d’une relation père-fils sous énormes pressions, Spike Lee est tout simplement un homme qui a su rendre hommage à ses passions tout en entretenant l’idée d’un changement progressif de l’humanité.

« Now the question is : -Are you ready, for the real revolution which is the evolution of the mind? »
Flavor Flav
évident sample de « For what it’s worth » de Buffalo Springfield.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :