#45 : le Tour du Monde en 80 clips de rap francophone !

Retrouvez l’intégralité de l’article (en 2 parties) sur Rap Genius.

Publicités

#26 "-Once I got my driver’s license, I started driving with my eyes closed."

Dernier jour sur les rails pour le cheminot bientôt retraité Odd Horten (Baard Owe), mais le voyage est loin de se terminer puisqu’il se permet de louper le retour et donc de quitter en beauté les œillères du convoi traditionnel en direction d’Oslo pour d’insolites aventures remplies de poésie…

La filée du train effleurant les paysages enneigés norvégiens s’immortalise dans la caméra de Bent Hamer sous le nom de « O Horten » (« La nouvelle vie de Monsieur Horten ») à partir de 2007, représentant toute cette simplicité esthétique où la candeur du protagoniste apporte une légèreté plaisante amplifiée par les lointaines mélodies de John Erik Kaada du groupe norvégien Cloroform.

#14 "-Nothing."

Suite à une crue de conscience, l’actrice de théâtre Elizabeth (Liv Ullmann) s’est enfermée dans un mutisme complexe par souci de pureté d’étique, et va être pris en charge par l’infirmière à la langue bien pendue Alma (Bibi Andersson).

persona_elisabeth_smalll

Ingmar Bergman explore en séquences le « Persona » (1966), ou masque social, des deux femmes à la personnalité si complémentaire qu’un malaise va s’installer en une confusion de consciences, Elizabeth manipulant émotionellement Alma par absence de réciprocité de propos, un petit jeu dangereux qui va plonger l’infirmière dans un vertige monologuesque.

Cette limite si floue entre les deux âmes se précisera au fur et à mesure par sa déchirure, les gros plans de visage distillant l’expression, intensifiant la vitesse d’un voyage intérieur en chute libre, acrophobique s’abstenir !