#46 : Playlist ÉTÉ @ Le Rap en France



Tracklist :
01 : Ori feat. Driver, A2H, Aelpeacha, Myssa, MSJ – Down avec le O.R (Remixxx)
02 : Aelpeacha – String-Volant
03 : PNL – J’suis PNL
04 : MZ – Coca n Bourbon
05 : Triplego – Ailleurs
06 : Ockney feat. Djunz (Greg Frite + Rimcash & Didaï) – Les 4 Fantastiques
07 : Sémaphore – Les Vacances au Maroc
08 : A2H – A la cool
09 : Sameer Ahmad – Siwak
10 : Hyacinthe – Retour aux pyramides
11 : Booba feat. Zoxea – Cash Flow
12 : Atis (70CL) feat. Beny Le Brownies – À L’Envers
13 : Swift Guad – J’attends un miracle

#45 : le Tour du Monde en 80 clips de rap francophone !

Retrouvez l’intégralité de l’article (en 2 parties) sur Rap Genius.

#44 « Et y trouvent ça trop méga fun, la plupart traîne dans des endroits plus paumés qu’Apple »

Tise, Shit et Rap. Ici pas d’artifices, juste une triste réalité, celle des rues du 18ème arrondissement d’Paris, même si depuis 2007 on s’demande bien à quoi ça rime toutes ces phases crues collées à l’arrache sur une boucle de 3s où la comparaison semble être la figure de style fétiche de cette bande de pochtrons aux poches aussi vides qu’leur verres à 10 du mat, mais à la rime aussi riche que leur épicier…

Faut dire qu’en même pas un temps quatre mouvements ils s’en sont bien sortis les bougres, entre l’insaisissable Kema et sa rime roulante, les bastos lyricales de Davodka, l’incroyable technicité sportive de Dais et Hugo Boss le roi des punchlines, y a pas à chier y a l’choix d’la corde pour le lynchage du MC moyen…

hugo-flaque-de-samples   Davodka-Un-poing-cest-tout

hugo_fenetresurrue   dais_therapieparlecriture

Bon, enchaîner les freestyles crade ça a du charme mais un moment faut bien passer à des projets plus sérieux, histoire de leur rappeler d’où il vient ce putain d’rap ! Et là-d’ssus rien à r’dire, ces derniers temps on a été largement servis, entre les tapes gratos « Un poing c’est tout » et « Thérapie par l’écriture » (ce dernier étant d’une qualité tellement rarement atteinte, une bombe atomique sur les villas de tous ces voleurs et autres imposteurs bien trop médiatisés…) ainsi que l’hitchcockien « Fenêtre sur rue », album de la maturité pour Hugo du TSR…

#42 « Tu connais du monde mais si la vie t’gifle tu vas amener qui? »

Toujours dans la série « nique les clones », coup d’clarté sur Bobigny et ses irréductibles successeurs d’une culture en perpétuel renouvellement, nommons-les Nakk et Les 10′ (groupe des frères jumeaux Lavokato et L’Indis) et situons-les à la chevauchée des millénaires.

nakkknakkles10

D’une gamberge émergente sur d’énergisantes mixtapes (« 11’30 contre les lois racistes » / « 16’30 contre la censure » / Original Bombattak) ou d’une rage en direct (« Les 10 – 22 ans »  de 1998), une brise balbynienne semble timidement souffler sur le paysage du rap français…

nakklindisnakk

…mais le vent ne se lèvera que quelques années plus tard, catalysé par ce nouveau média qu’est le net et par de nouveaux venus surmotivés comme Char (du Gouffre taffant sur le projet « Marche Arrière » qui regroupera 69 rappeurs de prestige du genre Furax, Loko ou encore Sëar-lui-même) dont l’objectif est de joindre les ponts du mouvement tout en lui rendant ses lettres et notes de noblesse!

Quelques plages sonores (essentiellement de Nakk) : « Les 10 – A la hauteur », « L’Indis – Mes Classiques » (avec Jeff le Nerf et Loko), « La Tour 20 », « Chanson Triste », « Invincible », « Le monde est mon pays », « Avec le cœur » (avec L’Indis et Ladea) et « Ce fameux jour » (avec Ladea, Les 10 et Demi-Portion).

#41 "-Ces bombes humaines n’ont pas de syndicat, pas de famille, rien qui viendra m’emmerder avec des réglements à la con. -Et par ailleurs ils travaillent pour des clopinettes! -Enfoiré…"

La misère est-elle pénible au soleil? Loupe sur Las Piedras au Guatemala, dernière escale de nos aventuriers du bout du monde déchus, même pas un rond pour faire tourner en leur faveur la roue, ou les hélices du transport de retour… Puis voilà qu’un incendie se déclare dans un puits de pétrole à 500 bornes de ce trou, et que la peu scrupuleuse compagnie signe un chèque à trois zéros à qui acheminera les camions de nitroglycérine à bon port afin d’en engraisser les mauvais, une pesée du danger du genre à la légère, « le salaire de la peur » tout simplement selon Henri-Georges Clouzot.

L’intemporelle intrigue en place, le calvaire peut alors commencer pour Mario, Jo, Luigi et Bimba (respectivement Yves Montand, Charles Vanel, Folco Lulli et Peter Van Eyck), invitant tout le monde à retenir sa respiration là où l’effet papillon potentiel s’exponentialise, tension à son comble, son sans cesse stressant, roulement de tambour à rendre sourd et final bluffant à s’en ronger les ongles.

#39 "-Michael Jackson?? Symbole de la décadence occidentale! -Mais pas du tout madame, c’est euuh… Malcolm X!"

Vague d’oppression au pays de la naissante rime persane à l’heure où le Chah chute et les cultures s’entrechoquent, une liberté sépulturée pourtant tant voulu par Marjane, quitte à la pousser à l’exil vers de terres à l’herbe plus verte tel Vienne à un âge jeune mais déjà sage…

Si Marjane Satrapi dévoila ses chemins de vie avec bulles sur papier dans « Persepolis » (2000-2003), Vincent Paronnaud quant à lui aida à y insuffler la magie de l’animation en 2007 dans une œuvre humaniste, humble facette de réalité à la vision marginale de combats de consciences, d’idées et de bon sens dans un monde paradoxalement croyant ou non où le noir et blanc se marie à merveille.

#35 "And so I got my banjo out, just sittin’, catchin’ dust, and painted right across the face ‘Greenwich Village or Bust’."

Cultivant l’amour du sampling de qualité, Chinese Man (Chinese Man Records) est un collectif français de DJs aux sonorités hiphop puisant dans la world music, le funk, le reggae, la soul, le jazz et la dub en y saupoudrant des dialogues de cinéma et autres voix déformées au fil de l’instrumental.

S’opère alors un timing minutieux où s’entremêlent de plaisants airs populaires ou remis au goût du jour dans un triphop délirant mais maîtrisé jusqu’aux lives où le remix prime toujours entre un « Light my Fire » des Doors et un « It’s bigger than hip hop » des Dead Prez à des rythmes d’une folie effrénée. (@Dour 18/07/09)

Remix : « Pudding à l’arsenic » (« Astérix et Cléopâtre » 1968) / « The Message » de Gandmaster Flash

Quelques plages sonores : « Indi Groove », « Skank in the air », « Washington Square », « I’ve got that tune » (sample de « Hummin’ To Myself » de The Washboard Rhythm Kings) , « Ordinary Man », « Jumpin in Havana », « Miss Chang » (feat. Taiwan MC & Cyph4), « Racing with the Sun », « Saudade » (feat. Femi Kuti & Liliboy), etc…

#15 "Comment mépriser l’argent quand tu n’en as pas, le crime est un piège mon dieu j’ai mordu l’appât !"

Plus qu’un simple duo de MCs, Lunatic représente l’extrême dualité de propos d’un rap tantôt raisonné, à la vision lucide et placide sous la plume pieuse d’Ali, tantôt fou et brutal sous la plume sale de l’animal galeux du Sénégal, j’ai nommé Booba.


Quelques plages sonores : « La lettre », « L’homme de l’ombre », « Ma définition », « Le souffle », etc…

#5 "Jamais dans la tendance mais toujours dans la bonne direction !"

Collectif composé des rappeurs Fabe, Koma, Mokless, Morad et Haroun, la Scred Connexion sévit depuis bientôt 15 piges dans le hip hop céfran avec une intensité rarement vu en concert pour un si petit prix (@GrandMix 10/03/12 avec DJ Simsima aux platines), leur fameux slogan aura marqué les esprits de génération en génération, ainsi que les valeurs profondes, pieuses et humanistes qu’ils véhiculent en marge d’une industrie froide et sheitanesque.


Quelques plages sonores : « La créature de rêve », « Remballe », « La routine », « Loin des rêves », « Le rap dans l’sang », « Sur scène », « Vieux avant l’âge », etc…

#1 "Et j’expire histoire d’être fly, décollage Icare Airline"

Ouais vous l’aurez d’viné d’après le titre, ce blog est porté sur des bribes de culture qui m’passionnent, qui pourraient bien violenter vos p’tites têtes avec du six lettres : talent.
Pas mieux comme dirait Ahmad, rappeur montpelliérain à la plume planante nous ayant déjà régalé de trois galettes aux fines herbes sur le Label No-Y, ambiance ensoleillée avec la fraîcheur de l’ombre des pyramides en ces périodes clonesques.

Le putain d’poète a partagé le mic avec pas mal de monde du style Sako des Chiens de Paille (« Hôtel Bilderberg ») ou bien le Pop Dan des Sages Po dans de chics clips quasi cinématographiques !


D’autres plages sonores : « Big Ben » (avec Lartizan du LZO Records à la prod), « Il neige éternellement », « La berceuse babylonienne », « Mon polo » (avec un sample de « Retour aux pyramides » des X-Men), « Restons debout », « Drago »

édition du 07/04/12 : L’artiste signe chez LZO, on peut retrouver une partie de sa discographie sur le bandcamp du label